Rafael Trejo, un des plus anciens et des plus mythiques gymnases de boxe de la Havane, est une véritable fabrique à champions. Sur les dizaines de médaillés olympiques que Cuba a produits depuis les années 70, nombreux sont ceux qui ont fréquenté cet endroit, que Fidel Castro a même fait visiter à Nelson Mandela. À ciel ouvert, pris entre deux immeubles en ruine ou presque, le vieux ring aux cordes détendues continue de voir éclore, loin des considérations d'argent ou de prestige, de purs champions. Tandis qu'on pourrait penser que de tels résultats exigent une discipline briseuse d'enfance (on pense évidemment aux sportifs chinois), on y découvre un havre de paix, d'humanité, où les enfants s'amusent, apprennent, grandissent et se perfectionnent au milieu des anciens, attentifs et bienveillants.

Using Format